Hemingway à 20 ans

Ernest Hemingway à 20 ans, Un homme blessé

Luce Michel

À 20 ans, les nouvelles d’Ernest sont refusées partout. Jeune homme épris d’action, il quitte les États-Unis pour le front de la Grande Guerre. Il y fait les expériences décisives de la mort et de l’amour. À son retour, plus rien ne sera jamais comme avant. Sauf la nécessité d’écrire.

1917. Ernest Hemingway, journaliste d’à peine 18 ans, rêve d’engagement. Il veut participer à la guerre qui ravage l’Europe. Il la connaît par les récits de son grand-père. Il s’agissait alors de la guerre de Sécession. Pour lui, agir ainsi c’est affirmer ses idéaux de bravoure et de virilité. À Oak Park, la banlieue chic de Chicago où Ernest a grandi – son père est médecin, sa mère donne des cours de chant -, ces mots ont un sens profond. Il découvre le front l’année suivante comme auxiliaire de la Croix-Rouge. Il est grièvement blessé et passe huit mois dans un hôpital milanais. Fou amoureux de son infirmière, il transposera leur histoire et la blessure qu’elle lui laisse dans A Very Short Story et L’Adieu aux armes.
Son retour est une nouvelle souffrance : le décalage entre « l’arrière » et le front le frappe de plein fouet. Et surtout, il n’est pas un héros. Soldier’s home, nouvelle parue dans In Our Time, se fera l’écho de ces difficultés.
La vie reprend pourtant son cours, difficilement. D’autant que les rapports entre Ernest et sa mère, Grace, se dégradent. Il lui en veut, la rend responsable du mal-être de son père. Et puis ses parents le pressent de choisir une carrière. Il recule, rechigne. Il sera écrivain. En attendant, il pêche, s’amuse, profite pleinement de l’été avec sa bande d’amis. Mais Grace ne lâche pas prise. Pour elle, l’amour d’une mère pour son fils est comme un prêt bancaire. Ses parents souhaitent maintenant être remboursés de leur investissement. Ernest n’est pas prêt à régler sa dette ? Elle lui ferme sa porte.

Chicago, Paris, le temps de la formation
Il part pour Chicago au début des années 1920, celles du jazz, de la prohibition, des règlements de compte. Un nouveau monde. Cet hiver-là, Ernest rencontre Sherwood Anderson, qui lui conseille d’aller à Paris, et tombe amoureux de Hadley Richardson, sa première femme. Un an après, ils emménagent à Paris. Il est le correspondant du Toronto Star et voyage, interviewant Mussolini et Clemenceau, couvrant la guerre turco-grecque. Il fait la connaissance de Fitzgerald, de Dos Passos, découvre l’Espagne et les corridas. C’est surtout, à 26 ans, la publication de son premier recueil : In Our Time. La formation est finie. L’homme blessé réussit à trouver dans l’écriture un moyen de panser ses plaies, de réécrire l’histoire comme elle aurait peut-être dû se produire. Il y aura d’autres guerres, d’autres femmes, d’autres lieux, mais tous les thèmes chers à l’auteur sont inscrits dans ce premier volume de nouvelles : la rupture, la perte, le mariage comme emprisonnement, la paternité comme gêne et la mort, omniprésente.

L’auteur :
Luce Michel est journaliste et traductrice. Elle a publié une enquête sur les femmes de détenus et des romans policiers. Elle vit actuellement à Miami, aux États-Unis.

Ecrire à l’auteur

Lire un extrait

Acheter le livre 168 pages – 12 €

Donnez votre avis

Collection « a 20 ans » 

La vie, la personnalité et l’œuvre d’un grand écrivain à la lumière de ses vingt ans

Au diable vauvert



Maison d'édition de la collection "à 20 ans"